• 560 visits
  • 23 articles
  • 135 hearts
  • 83 comments

Présentation du blog 08/02/2015

Bienvenue
 
 
 
 
 

Présentation

Pour me présenter, je m'appelle Léa, j'ai 14 ans et suis née le 5 juillet 2001. Je suis en 3 ème. 

Les chevaux: je suis passionnée par les chevaux depuis des années mais je ne saurais pas dire pourquoi. Je les trouve juste magnifique, splendide et majestueux. J'ai le niveau galop 3. Je n'ai pas la chance d'avoir de cheval malheureusement. 

Les schleichs: il y a maintenant presque 2 ans, je me suis mise à collectionner les figurines. D'abord quelques papos (4) puis les schleichs. Toutes figurines confondues j'en ai désormais 36.

Le blog


Pour celles ayant suivi le blog, vous savez certainement qu'il y a eu du changement. J'étais, avant, leaschleich22. Cependant, j'ai perdu mon email (piratage), j'ai donc refait un blog.

Mon deuxième blog : C'est un blog de fiction également. Mon pseudo est Springreiten. Il raconte la vie de cavalières de concours de 10 à 18 ans qui ont plus ou moins choisit cette vie plus dure qu'il n'y paraît. 


Ce blog ci est centré sur une cavalière, Horia, et... je n'en dis pas plus, il faut lire les chapitres.

Attention! Les premiers chapitres sont au début du blog et les derniers à la fin.
 

Une qualification importante mais pas seulement 15/02/2015

Horia n'avait plus pensé à grand chose ces derniers temps. En début de décembre, Alice avait annoncé avec un grand sourire qu'ils iraient à Lamotte Beuvron, après le dîner. Horia était folle de joie. Lamotte, c'était son rêve. Non... Horia n'aimait pas les concours. Mais Lamotte, ce n'était pas un concours. Ce n'était pas du tout comme un concours normal. C'était du travail, un peu, mais de la joie, de l'entraide, le réconfort après l'effort... c'était comme un camping en familles et avec ses amis, et les chevaux en plus, les responsabilités  que cela amène... tout ça à la fois, et en mieux. Pour beaucoup, Lamotte était le paradis des cavaliers, un endroit idillyque, utopique et allant à l'essentiel.
Puis à la mi-janvier, était arrivée une jolie jument arabe et ses deux poulains. Tsarina, son poulain génétique Ferrero et son poulain d'adoption Summertime. Tous ont succombé au charme des deux bébés, tandis qu' Horia n'avait d'yeux que pour Tsarina. Cette dernière n'avait pas été montée depuis un an. Quelques jours plus tard, Horia la montait en cours de galop 2. Elle avait beaucoup à lui réapprendre mais savait que ça irait, cette jument était un amour, toute douce et volontaire, respectueuse, répondant parfaitement aux aides, obéissante.
Aujourd'hui, Horia la montait sur des obstacles de 80cm, des cavalettis à cru, lui faisait faire la jambette, la faisait se coucher, la nourrissait, la pansait... Et Alice. Alice venait de lui dire qu'elle s'en occupait de trop.
 
À présent, une fois dans sa chambre, Horia y avait réfléchi. Elle s'en occupait tellement... et ce car la jument lui avait inconsciemment rappelé Run Away. Run Away, dite L'Ours, sa jument préférée, sa chouchoute, son monde, sa moitié et plus encore... Durant plus de cinq ans, Run Away avait partagée la vie de la jeune fille. Une des seules à l'apprécier à sa juste valeur pendant quelques années... puis la seule.
Cette jument, elle avançait soit disant quand ça lui chantait mais non! Il fallait lui chuchoter à l'oreille que l'on souhaitait passer un bon cours, lui demander gentiment d'avancer, lui promettre une friandise à la fin et seulement là, on montait. Il fallait la flatter quand elle trottait à bonne allure et sans faire de petits écarts. Ces écarts n'auraient pas fait tomber un débutant, mais tout de même. La flatter avant le galop et lui promettre une friandise, lui dire qu'elle était super. Enfin, lorsqu' elle avait galopé, on la flattait, la caressait, la complimentait... et une fois qu'on l'avait mise en licol, à la fin, qu'on l'avait déssellée, là, on lui donnait sa friandise préférée... des noix sèches quand on en avait ou, au pire, des soufflés à la carotte. Elle appréciait également les pommes, mais c'était une moins bonne garantie. 
 
Ça donne un grand coup au moral, lorsqu'on vous annonce que votre meilleure amie a dû partir pour toujours sans que vous n'ayez pu lui dire au revoir. Non, Run Away n'était pas morte, mais son propriétaire l'avait changé de club, et ça revenait presque au même. Ça avait détruit Horia et pendant un mois elle pleurait comme une madeleine dès qu'elle voyait quelque chose lui rappeler les chevaux... Les posters qui avaient été décrochés et posés sur son bureau par elle même, on en comptait une bonne quarantaine entre sa chambre, son cagibi-sellerie, sa salle de bain et sa montée d'escalier. Sans parler du palier. Et de la vingtaine de photos de Run Away dispersées partout. Et puis rien qu'un cheval dans un pré la faisait pleurer. Sur l'autoroute, elle avait une fois croisé un van et ça avait suffit. Elle n'avait pas monté pendant plus de trois mois
 
Puis, presque un an après le départ de Run Away, l'on avait commencé à construire Le Reflet Dansant. Elle arrivait à parler sans trop de tristesse de Run Away en septembre, à l'ouverture. Puis avec Tsarina, elle parlait de Run Away avec légèreté, comme elle parlait de la pluie et du beau temps. Mais maintenant elle avait tout compris. Rien ne s'était effacé, elle avait juste cru retrouver L'Ours. C'était très dur.

...Mais il reste toujours le centre/ Pour le photo show du Ranch des Quatres Poneys 17/02/2015

Voici ma photo pour le thème éthologie

 
Texte: Horia soupira de pkus belle. Ariane venait de lui demander d'aller travailler Vista, et comme si ça ne suffisait pas, l'islandais repartait à toute allure dès qu'elle arrivait près de lui, faisant une démonstration d'amble à chaque fois. Déjà qu'elle n'était pas d'humeur après cette longue journée de collège, il avait fallu qu'on lui demande ça...
Finalement, elle réussit à le bloquer avec la longe et à lui passer son licol éthologique. Une chance, le poney était propre. Enfin, propre: l'on pouvait monter dessus sans dégager un nuage de poussière qui nous étoufferait. Et cela suffisait à Horia. Car après cette brutale réalisation (voir "une qualification importante mais pas seulement"), il valait mieux ne pas trop la titiller.
Elle se mit à poney sans plus attendre et partit vers l'allée en ciment, elle voulait travailler dehors, à cru et en licol. Elle vit un gros cailloux après avoir détendu et décida de mettre en pratique ce qu'elle avait enseigné à Vista la semaine dernière: poser le pied sur une surélévation. Par chance, le poney le fît illico. Horia le récompensa mais en moins de deux, il se retrouva à nouveau dans son pré. 

Drôle de séance/ Pour le photo show du Ranch des Quatres Poneys 20/02/2015


 
Texte: Horia voyait sa tante préparer Rohling depuis un moment déjà. Il était très tôt, dans 7h30 du matin. La jeune fille ne commençait les cours qu'à neuf heures mais peu lui importait, elle était allée s'occuper de quelques équidés et avait expliqué la situation dernière à Tsarina, car elle en était convaincue: les chevaux comprenaient tout ce qu'on leur disait. Enfin, Ariane emmena Rohling sur le sentier de balade... en licol!
Elle se servit de la barrière de la carrière pour monter. Horia lui avait dit la veille qu'elle était certes excellente en CSO mais pas une vraie cavalière car elle n'avait pas d'autres expériences. Comme monter à cru, en cordelette ou de l'equifeel par exemple. Et voilà qu'elle retirait le licol. Rohling, en liberté, l'entraîna rapidement vers un tas de rochers. Horia fut terrifiée, s'attendant à un gâteau ou à une attente interminable aux urgences, mais loin de ce qu'elle pensait: sa tante le passa aussi naturellement qu'une barre à 30 cm.

Une visite pour le moins surprenante 17/02/2015

Horia venait de finir ses tâches du jour, autrement dit nettoyer les équipements et faire un box. Le plus bizarre était ce box: 15 jours qu'il était inhabité et aucun cheval ne devait arriver. Mais à vrai dire, la jeune fille ne cherchait même pas à savoir.
Elle allait rentrait dans la maison lorsqu'elle aperçut "une vieille connaissance": Marine, son ancienne monitrice. Réaction qu'elle ne s'expliqua pas elle-même, elle se faufila derrière la porte du club-house pour observer. Cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas vu Marine. Minimum six mois. Non, plus, la dernière fois c'était début juillet. La monitrice parlait à Alice et Ariane arriva quelques minutes plus tard. Elles souriaient toutes, c'était vraiment étrange. Malheureusement, Horia était à une vingtaine de mètres, impossible de comprendre la discussion. 
Marine dit juste "À dans deux semaines!" avant de rejoindre sa voiture et de partir. C'était étrange. Très étrange. Trop étrange. Horia sortit enfin de sa cachette lorsqu'elle vit Ariane avancer vers le club-house. 
 
-Oh! Horia. Tiens. Qu'est ce que tu fais?
-Je rangeais quelques pommes pour demain, tu sais, on est mercredi, les cavaliers seront nombreux et n'auront pas tous des friandises. 
-Tu fais bien. Tu ne trouves pas quelque chose étrange en ce moment?
-Non pourquoi? Ça ne va pas? Qui sais, tu as peut-être la grippe, elle est hyper contagieuse en ce moment, fit-elle, mine de rien.
-Ah... peut-être. Bon j'y vais c'est moi qui est aux fourneaux ce soir.
-Frites surgelés-fricadelles surgelées? 
-C'est exact.
-Pour toi, "fourneaux", soit c'est ça, soit c'est qu'on fait une indigestion! plaisanta Horia.
 
Elles se séparèrent là. Ariane avait été dupe mais pas Horia. On lui cachait quelque chose ici, et c'était l'heure des hypothèses, avant de les vérifier une par une.

Question de haute trahison 02/03/2015

Pour Horia, c'était une question de haute trahison. Avoir une autre monture préférée que Run Away, c'était vraiment la pire trahison possible. Même alors qu'elle était dans un autre centre équestre en vacances avec Ariane, Zoé et sa meilleure amie Célia, elle ne pouvait s'empêcher de penser à Run Away. Bon sang, ce qu'elle donnerait pour avoir ne serait-ce qu'une heure avec sa belle jument selle français...
 
-Horia! Regardes-moi! entendit-elle.
 
C'était Zoé, sa cousine. Elle était en train de s'essayer à la monte à cru sur Tsarina. Cette dernière avait bien été rééduquée par Horia, tellement qu'elle allait commencer les reprises avec des cavaliers galop 3. Et c'est alors que Zoé commençait un parcours d'equifun: un swing, un cavaletti puis un deuxième cavaletti. Elle l'exécuta brillament mais Horia se contenta d'un petit "c'est bien", alors qu'elle repensait déjà à Run Away.
 
Zoé en pleine prise de risque pour faire le meilleur chrono: